HOME
Suggestions
Renseignements
SEARCH-ANTIQUES
DÉPARTEMENT STOLEN-ART -
SYSTÈME PRAL

PORTRAITS-ROBOTS DES TABLEAUX DISPARUS-RECHERCHES
PHOTO-FIT IDENTIKITS OF STOLEN OR DISAPPEARED PAINTINGS

Le système PRAL, unique au monde est cessible par une licence d'exploitation. Le logiciel d'exécution accompagne un dossier complet comprenant:
- Démonstration illustrée de la technique et de la marche à suivre
- Enumération des techniques des peintres: description du matériel, des couleurs utilisées, des liants aux périodes: Renaissance italienne, XVIIème flammand et hollandais, XVIIIème et XIXème français et période Impressionniste.
Sont incluses des pages d'histoire de l'art donnant d'une manière simplifiée, les dates essentielles dans l'évolution de la création picturale.
Le Système T-PRAl est un outil indispensable aux spécialistes de la recherche des tableaux volés-recherchés-retrouvés (Compagnies d'Assurances notamment). Il est utile pour l'étude de certaines oeuvres, et au travail des copistes.
Le système PRAL fait l'objet d'un dépôt international. Il a été créé par un expert français en tableaux, spécialiste de la détection des faux, pratiquant les examens scientifiques et radiologiques des peintures.

 

Tableau volé le 3 novembre 1999
Voir le service "oeuvres et objets d'art disparus-recherchés"
Portrait robot du tableau volé le 3/11/99

réalisé avec le système PRAL sous la direction d'un expert français en peintures anciennes du Groupe EXOLART

Cliquez sur les images pour agrandissement

Afin d'être réinséré frauduleusement dans le circuit commercial, ce tableau volé aura subi des transformations destinées à le rendre méconnaissable et à lui attribuer une valeur suplémentaire. Profitant d'une base authentique -panneau de chêne XVIIème, matière picturale de l'époque- le faussaire spécialisé conservera la majeure partie de l'oeuvre originale, exécutant des repeints au niveau du visage rendu rembranesque et de la coiffe. Des détails dans la robe, boutons notamment seront otés.
Le faussaire en signatures interviendra ensuite pour placer une signature de Rembrandt dans les années 1634-1635, date d'exécution de l'oeuvre volée.
Le faussaire recouvrira alors les repeints d'un vernis à base de plomb (interdit en France), s'opposant aux rayons ultraviolets investigateurs des lampes de Wood des experts,
et aux rayons X.

A.LOVREGLIO. Expert search-antiques.com



PORTRAIT-ROBOT DU TABLEAU DE CAMILLE COROT VOLÉE LE 3 MAI 1998 AU MUSÉE DU LOUVRE
Par Jean-Baptiste Camille COROT "Le Chemin de Sèvres"
Ce tableau a été volé en France au musée du Louvre le 3 mai 1998. Peinture à l'huile sur toile. Dim. 34cm x 49cm. Oeuvre de 1855.
Vol vraissemblablement fait à la commande, destiné à sa revente dans 90% des cas actuellement. Avant d'être frauduleusement réincérée dans le circuit commercial, la peinture aura subi des transformations propres à la rendre méconnaissable notamment lors de comparatifs avec des documents photographiques de l'originale.

EXOLART présente un "Portrait-Robot assisté par ordinateur" du tableau tel qu'il pourrait se présenter désormais. Le "Portrait-Robot" est fait pour alerter les personnes intéressées, démontrer que des changements de tous ordres peuvent être apportés à un tableau dans le but de sa revente frauduleuse. Les faussaires spécialistes qui interviendraient sur l'oeuvre originale recouvriraient l'ensemble d'un vernis à base de plomb s'opposant aux ultraviolets investigateurs des lampes de Wood des experts qui devraient alors avoir recours à d'autres moyens de détection au cas où un tableau retrouvé, présentant des similitudes avec l'oeuvre recherchée leur serait soumis. Un examen radiographique pourrait également être positif.


Pierre-Auguste RENOIR - 1841-1919
«Jeunes Femmes à la campagne»1916.
Huile sur toile. Signée en bas à droite.
Dimensions: hauteur 0,42 - largeur 0,52 cm

Tableau volé le 13 mars 1981 au Musée de Bagnols sur Cèze
Le «portrait-robot» du tableau de Renoir ci-dessous permet d'envisager comment l'oeuvre volé est susceptible d'avoir été transformée pour la rendre méconnaissable afin de la réincérer frauduleursement dans le circuit commercial.
4 Portraits-robots réalisés par le Système PRAL

Afin d'être réincérée dans le circuit commercial international, cette oeuvre aura été transformée pour la rendre méconnaissable. Voici les 4 portraits-robots réalisés selon le Système PRAL
-assisté par ordinateur- suggérant des variantes, nouvelles apparences sous lesquelles le tableau volé est susceptible d'être présenté.


1ère proposition
2ème proposition
3ème proposition
4ème proposition
DESCRIPTION:
Le tableau d'Auguste RENOIR « Jeunes Femmes à la Campagne » volé en France au Musée de Bagnols sur Cèze dans le Gard en mars 1981 a une valeur importante sur le marché. Peint en 1916, trois ans avant le décès de l'artiste, il possède toutes les caractéristiques Impressionnistes dépouillées définitivement des astreintes académiques. Sont éliminés les contours précis trop sombres afin de suggérer les mouvements que donneront plus tard des effets photographiques de flou. L'apprêt du fond est blanc remplaçant les tons bruns rougeâtres. Il s'agit de capter la lumière au maximum. La composition est à regarder de loin pour obtenir cette « impression » de vie, de mouvement. Il est extraordinaire de constater à l'heure de l'ordinateur et de ses pixels, que Renoir a travaillé en pointillés sur une toile effleurée à certains endroits ou même frottée par un chiffon pour laisser apparaître le grain de la trame. Certains ont parlé d'une mauvaise utilisation des liants, alors que la détermination de RENOIR est évidente. Les touches sont appliquées avec une maîtrise que sa maladie rhumatismale n'atténuait pas, la palette attachée au pouce gauche et ses pinceaux aux doigts déformés. L'artiste a formé les même mélanges de couleurs qui vont être appliquées en alternance d'épaisseur ou d'extrême finesse suggérant par endroits des effets d'aquarelle.
La toile de 1916 construite en perspective basse montrant une baigneuse sortant d'un cours d'eau, rappelle sa visite à l'Alte Pinakother lors de son voyage à Munich en 1910, confirmant jusqu'à la fin de sa vie ses choix de modèles féminins rubéniens à la plastique épaisse et sensuelle, aux visages vénusiens, telles qu'il les copiait déjà en 1860.
C'est elle qui est le personnage traitée le plus en détail, les deux autres, vêtues, fournissent un contraste voulu.
Pour exécuter ce tableau, RENOIR a utilisé des brosses à poils de porc et des pinceaux à poils de martre, des chiffons. Ses couleurs: blancs de céruse, jaune de Naples, jaune de chrome, bleu de cobalt et d'Outremer, et vermillon.
Conditions du vol:
Par effraction. Vraissemblablement "vol à la commande".
Clientèle potentielle: collectionneurs, marchands, Musées ou Fondations d'art de pays privé de passé culturel, demandeurs.
Action du faussaire:
La transformation faite par un faussaire spécialisé ne doit pas diminuer la valeur de l'oeuvre. Au contraire: le but étant de la transactionner au plus haut prix, il faut qu'il puisse être vendu comme un original de la même période. Le faussaire possède une documentation précise sur la manière de travailler du Maître à l'époque, Il aura le choix entre un ajout de détails, ou des apports plus importants. A la fin du travail, les repeints seront recouverts d'un vernis passé au pinceaux - à base de plomb interdit en France- qui s'oppose aux U.V investigateurs des experts.
Plusieurs choix de transformations sont possibles :

1- retraits de détails ou d'apports superficiels pratiqués par des touches axiales respectant celles de Renoir. Travail facilité en utilisant des grilles de repérages.
Le tableau sera alors vendu comme « second » original
2- changement radical des fonds, des perspectives, des sujets féminins, habillés ou déshabillés.
3- la toile sera "marouflée", opération classique de soutien pour éviter qu'une peinture à l'huile subisse des tensions de châssis aux changements hygrométriques. L'avantage dans ce cas particulier : cacher le dos reconnaissable du tableau.
Une intervention sur le châssis de l'original sans changer celui-ci est nécessaire: traces de choc, taches d'encre noir ou violette marque Watterman ou crayon mine de plomb, et effacement de marques trop reconnaissables.
Pour le faussaire habile il n'y a pas trop de problèmes de choix de sujets: RENOIR n'a-t-il pas dit « sans doute ai-je peint les trois ou quatre même tableaux pendant toute ma vie! ».

PRÉCISIONS CONCERNANT LES COMPOSANTS DES PIGMENTS DE LA MATIÈRE PICTURALE DE L'OEUVRE ORIGINALE:
"JEUNES FEMMES À LA CAMPAGNE"
L'étude du document photographique nous reporte à l'année 1916. Sachant que:
pour peindre ce tableau, Renoir a employé certaines couleurs, il sera nécessaire de les recomposer selon le Système PRAL:

- Des blancs de Céruse et de plomb (carbonate de plomb)
- Jaunes de Naples (antimoniate de plomb)
- Jaune de chrome clair (chromosulfate de plomb)
- Jaune de chrome foncé (chromate basique de plomb)
- Ocre jaune (oxyde de fer, alumine...)
- Rouge de garance
- Vert émeraude (oxyde de chrome hydraté)
- Vermillon (sulfure de mercure)
- Bleu de cobalt (aluminate de cobalt)
Etude de l'oeuvre retrouvée
Si le tableau est retrouvé, il sera nécessaire de l'examiner sous ultraviolets. Si la resultat se révèle négatif (il est courant que le faussaire recouvre ses repeints d'un vernis s'opposant aux U.V) une analyse des composants de la matière picturale prélevés à différents endroits du tableau devra donner des résultats semblables à ceux des composants habituels des couleurs utilisées au cours des années 1915-1919.
Bien que le dossier de recherche ne comporte pas de radiographie, une radio sera utilement pratiquée permettant un comparatif avec des documents de même ordre.

La technique de Renoir est caractéristique: les personnages ont la priorité sur un décor prétexte de végétation foisonnante placé en épaisseur. La lumière, soit en touches rapides, mais denses, est traité plus légèrement à certains endroits donnant une certaine transparence sur un fond liquide clair.

Le thème du tableau "Jeunes Femmes à la campagne" dont l'un des personnages est une "baigneuse" telle que RENOIR en peignit pendant plusieurs décennies après avoir réalisé jusqu'à 30 esquisses pour chacune d'elles, est fréquent.

Données biographiques

En 1887, RENOIR peint des nus plus académiques. Un voyage en Italie influence cette période: attitudes classiques légèrement précieuses, décors construits en perspectives.
En 1816, date d'exécution du tableau disparu, les touches sont rapides, RENOIR est atteint par des rhumatismes et une artitre douloureuse aux poignets et aux mains. Il se fait attacher sa palette au pouce. Un chiffon lui sert parfois à étaler de la couleur claire pour alléger les fonds.

Le portrait-robot des tableaux disparus, vendus, insérés frauduleusement dans le commerce international de l'art, donne les images que l'oeuvre tranformée est susceptible de présenter actuellement.
Réalisés par des experts en peinture anciennes, modernes et contemporaines, le portrait-robot des tableaux est exécuté en fonction des connaissances approfondies du travail des artistes aux différentes époques et pays, et en parfaite connaissance du travail actuel des faussaires exécutant les maquillages.

SEARCH-ANTIQUE© Tous droits réservés